Le Forum du Club de Jeux de Rôle de la Mjc Desforges
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 "Une Bien Sombre Affaire",fin, suivie de "la Cale Vide"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Judge Death
Barbe de maître
avatar

Nombre de messages : 385
Loisirs : oui

MessageSujet: "Une Bien Sombre Affaire",fin, suivie de "la Cale Vide"   Jeu 11 Déc 2014 - 12:34


Près de la chute d'eau glacée, Herioch Shmolz parait les coups d'épée bleuâtre de son adversaire avec sa propre lame magique. Le Prince des Détectives avait son égal, à la fois sur le plan martial et celui de l'esprit. Encore que sur ce dernier point ce n'était pas tout à fait exact : Morgath, la Reine-Sorcière des Elfes Blancs, les terribles Grims, n'avait pu dissimuler tous ses stratagèmes au héros de la Cage.
Borson était bien trop loin du duel pour pouvoir aider son ami d'une quelconque façon. Il regardait la scène en tremblant, craignant pour la vie du demi-elfe. Pourtant, l'adresse avec laquelle Shmolz ripostait était digne des plus grands épéistes et il prenait progressivement le contrôle de l'échange, forçant son ennemie à reculer. Borson entendait les paroles des combattants qui résonnaient en écho malgré le bruit assourdissant de cette eau sombre qui s'abattait avait force.  
_L'idée du passage temporel était habile Morgath, je dois le reconnaître.
L'Elfe était vêtue d'une robe noire qui, par une curieuse sorcellerie n'entravait nullement ses mouvements et d'un corset pressant son orgueilleuse poitrine d'albâtre de manière obscène. Elle recula encore d'un pas. Elle était au bord du précipice à présent. Shmolz arrêta de combattre, prenant une posture plus défensive et reculant légèrement.
_Pauvre fou ! Je n'ai rien à voir avec cette histoire !
Borson pouvait percevoir les mensonges de la sorcière, acculée face à la vérité que lui jetait au visage le demi-elfe. Mais l'attitude de Shmolz était calme, posée, sévère.
_Toidi a toujours été sous votre coupe, il n'a jamais détruit le cube de l'Achéron de sa propre initiative. Tout comme la Dale du quartier des Phalènes.
_Mais que… qu'est-ce que vous racontez ?
La Reine des Ténèbres perdait visiblement ses moyens, certainement habituée à des adversaires à l'intellect plus modeste.
_J'ai cru dans un premier temps que l'explosion du cube n'était qu'une diversion, certes coûteuse en vies, mais cela n'aurait été qu'un menu détail pour une professionnelle du crime et du meurtre. Afin d'en avoir le coeur net, j'ai consulté les registres de l'armée gobeline de ce secteur. Croyez-le ou non, les Gobelins sont des êtres d'une extrême minutie : il me fut donc facile de voir figurer le nom d'Argath, votre nièce, parmi les disparus…
_Ma nièce est en vie imbécile !
_Dans le temps présent, certes, mais pas dans ce futur qui n'aboutira jamais.
L'Elfe Blanche arborait une expression étrange qu'elle tentait de faire passer pour de la surprise. Mais après toutes ses années à travailler près de son ami détective, Borson n'était plus dupe de ce genre de manipulation. Devant cette crédulité feinte, Shmolz poursuivit son exposé des faits :
_Vous avez utilisé votre propre nièce comme agent, afin de vous assurer de la bonne marche de votre ambitieux projet. Vous avez décidé la destruction du cube au moment ou vous avez trouvé l'entrée des Mines de Marcelin. Une fois votre nièce en possession de "l'objet" vous avez demandé à Toidi d'user de tout son savoir-faire, afin que Xo croit l'objet définitivement hors de portée. Un savoir-faire qui n'a pu éviter la mort de votre nièce, sans doute tuée par un soldat ayant découvert la machination, ou du moins les explosifs qu'allait utiliser Toidi. Pour ôter tout soupçon vous concernant, vous avez orienté la colère de Xo vers un des rares survivant du désastre : un humble mercenaire au tempérament un peu bagarreur du nom de Virion Stax. Tout se déroulait selon vos plans. Du moins jusqu'à ce qu'un des hommes de Xo ne repère l'objet tant convoité, à la ceinture de Toidi. Grâce à un chrono-modrone lobotomisé, votre agent a ouvert un portail temporel à l'intérieur de Sigil. Beaucoup de soldats de Xo alertés se sont lancés à sa poursuite, accompagnés de troupes de choc Slaads et même de xaositectes embauchés pour l'occasion. De nouveau, vous avez usé de la même technique : j'ai compris en rendant visite à Toidi, le lendemain de la destruction, lorsque  j'ai repéré sur lui des traces de poudre récentes. Une poudre qu'on ne peut trouver qu'en Achéron.

La Reine-Sorcière était abasourdie.

_Bien sûr, vous vous demandez à présent ce qui a pu me lancer sur cette série d'événements qui, en apparence et pour l'oeil non exercé du profane, semblent n'avoir aucun lien entre eux. La réponse est simple et tient en un mot : Slarsh. Sachez, votre seigneurie, qu'un Gobelours, même le plus talentueux, laisse toujours des traces. Si cela peut vous aidez à vous rendre sans qu'il y ait besoin de faire usage de la force, sachez également que le général Xo lui-même est en mauvaise posture puisque j'ai profité de mon séjour en Achéron pour rassembler un maximum de de preuves à son encontre.

Borson se souvenait de cette entrevue, face à Xo et ses acolytes. Shmolz s'était dans un premier temps contenté de passer en revue les méfaits du général. Xo n'avait cessé de porter la main à sa bouche en plissant les yeux, comme s'il allait vomir face à l'étalage des atrocités commises par ses troupes, en demandant d'une voix pâteuse "c'est bientôt fini ?". Puis, quelques heures plus tard, Shmolz avait sorti sa lame enchantée et avait combattu longuement, avant de finalement désarmer le général gobelin.
_S'il vous plaît, allez vous-en ! Par pitié ! avait supllié Xo.
_Pas avant que vous ayez reconnu vos fautes, avait répliqué le gentleman demi-elfe.
_D'accord, d'accord tout ce que vous voulez ! Mais stop, vous… vous êtes insupportable ! Partez !
Herioch Shmolz s'était ensuite taillé un chemin à travers la garde personnel du dirigeant gobelin, avec toute l'énergie dont il était capable. Les preuves des exactions de Xo avaient étés rapportées à l'Harmonium. "L'affaire suit son cours !" avait lâché l'un des miliciens plus enthousiaste que les autres, un sourire jusqu'au oreilles.

_Quel que soit votre décision à présent, sachez, Dame Morgath, que j'ai pris grand plaisir à mesurer mon intelligence à la votre.

Ne pouvant en tolérer davantage elle se jeta sur son adversaire qui la repoussa d'un geste puissant. Elle chancela, mais sa main glacée se referma autour du poignet de Shmolz, et elle le fit basculer à son tour. Elle l'entraîna dans les eaux ténébreuses et maudites de la Rivière Noire.

***

Henk Borson ressassait ses souvenirs de gloire aux côtés de son ami de toujours, mort dans des circonstances tragiques. Il ne lui avait laissé pour tout héritage qu'une étrange épée noire et un note, griffonné sur un parchemin de belle qualité. De temps à autre, Borson le relisait dans l'espoir de trouver quelque chose qui donnerait un sens à sa vie après toutes ces aventures fantastiques.

Mon Cher Borson,

Sachez tout d'abord que si vous lisez cette lettre je suis mort, sans aucun doute possible. Je m'excuse donc de ce départ précipité qui n'est, croyez-le, aucunement de mon fait. Lorsque la Dalle est tombée, j'ai pu repérer que dans sa fuite, Toidi avait laissé tombé l'objet tant recherchée par sa maîtresse. Si j'en crois mes recherches à ce sujet, il s'agit d'une des lames de la Dame. Je ne puis vous en dire davantage, de peur qu'il vous arrive malheur si jamais cette lettre devait tomber en de mauvaises mains.
J'ai pris toutes les dispositions quant à mes biens avant de me rendre à Nal-Morna, et les ai légués à mon frère Mykreen. Présentez, je vous prie, mes salutations à Mme Borson et croyez-moi,
mon cher ami,
très sincèrement votre,

Herioch Shmolz


Henk Borson fit appel à son courage de médecin de guerre pour ne pas pleurer sur le triste sort de cet homme brillant, véritable géant parmi les gnomes et modèle de conduite et de sagesse. Le docteur Borson tenait depuis toujours un journal retraçant les aventures du célèbre détective : ses mains crispées se saisirent du livre rangé soigneusement dans le tiroir de son bureau. Il l'ouvrit d'un geste sec avant de prendre sa plus belle plume. Il soupira. Il n'y avait plus grand chose à raconter d'autre que la fin mémorable du plus inoubliable des détectives.

Le plancher grinça
_Oh je vous en prie continuez, il ne faudrait pas, après tout, que mon existence se termine aussi facilement que celle de ces héros de contes pour enfants.

Stupéfait, Borson se retourna : il avait immédiatement reconnu cette voix au timbre grave et calme, c'était celle d'Herioch Shmolz ! La stupeur du bon docteur fut telle qu'il s'évanouit.
Il se réveilla, un goût d'alcool particulièrement fort dans la bouche. Shmolz était penché vers lui, une flasque à la main.
_Excusez-moi Borson, cette apparition inutilement spectaculaire n'avait pas pour but de vous émouvoir à ce point. Tenez, cette boisson Slaad m'a été chaudement recommandé. Elle vous remet d'aplomb à peu près n'importe qui, ou vous plonge dans un profond sommeil si vous avez la santé fragile, ce qui n'est pas votre cas apparemment.
_Mais co… comment ? balbutia Borson.
_Tout d'abord, laissez-moi vous dire que j'ai cru pendant un instant à ma propre mort, et ce que vous avez pu lire sur ce papier est de la plus parfaite sincérité.
_Mais… mais vous êtes tombé. N'est-ce pas ?
_Non, une anfractuosité située derrière la chute m'a permis de me rattraper au dernier moment. Je l'avait repéré quelques semaines auparavant, avant le début de notre petite expédition, mais il n'y avait pour moi aucune garantie de l'atteindre, surtout sans élan.
_Mais pourquoi ne pas être revenu à Sigil plus tôt ? La gazette ne parlait plus que de votre mort, Shmolz !  D'ailleurs il y a toujours des articles sur vous ! Et certains vous calomnie et …
_Je ne pouvais pas venir plus tôt : il fallait que je tire avantage de ma situation pour  emprisonner ceux qui auraient pu attenter à ma vie et que Morgath avait engagé. Slarsh fut le premier de la liste et je le remis prestement aux autorités, quantité de preuves à l'appui.

Malgré un air plus fatigué qu'à l'ordinaire, dû aux conditions extrêmes dans lesquelles avait vécu Shmolz ces derniers temps, il était toujours d'un calme olympien, une lueur d'intelligence audacieuse et hors du commun brillant dans le regard.

_Bien. Nous reprenons du service ! déclara t-il d'une manière inhabituellement joyeuse. Figurez-vous que j'ai croisé pas plus tard qu'hier un homme qui m'a reconnu : un nouveau client. Il m'a parlé d'une affaire de meurtres, une explosion de violence dans les souterrains d'une cité du plan primaire. Ces personnes seraient mortes dans des circonstances que toute morale - aussi extra-terrestre soit-elle - réprouve. Je pense qu'un gastronomancien est impliqué. Probablement un Modrone. Mais ne perdons pas de temps Borson, j'ai demandé pour cette affaire le soutien d'un capitaine de Spelljammer, le célèbre Crochu, propriétaire de la Lune Bleue. Je crois, mon cher ami, que le grand large du plogiston nous fera le plus grand bien.



***

Xo serra les dents. Il avait été ridiculisé par une espèce de fou furieux. Il allait lui faire payer son insolence. Mais il avait vu l'épée noire que le demi-elfe avait laissé dans son fourreau, il avait vu les visages sur le pommeau de l'arme. La convoitise alimenta sa colère qui grandit comme une tache de sang, recouvrant peu à peu toutes ses ambitions.  


***

Morgath trembla de froid : même pour elle la température de la Rivière Noire était trop basse pour être agréable.
Elle s'était envoyé un présent à elle-même, dans le passé. En lisant dans l'esprit labyrinthique du détective elle avait aperçue une épée obscure comme une nuit sans lune. Un éclat maléfique naquit dans ses yeux rouges : une envie avait pris racine dans son coeur cruel.




_________________
"The crime is life, the sentence is death !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
"Une Bien Sombre Affaire",fin, suivie de "la Cale Vide"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une patrouille bien sombre / ft Furie Nocturne.
» La sombre affaire de la petite culotte - Nagaël
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» Le futur d''Haiti selon l''homme d''affaire Mike Spinelli
» Réfléchie bien !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Nains Des Forges :: Jeux de rôles :: Le petit monde des Nains :: Godzilla AKA Mehdi :: Planescape :: La gazette des plans-
Sauter vers: